TÉMOIGNAGES

MAI 2021 – Stéphanie

Bonjour Thierry.

Quel plaisir de vous lire.Nous sommes partis de Bourges le 17 mars par une variante de Vezelay absolument magnifique qui nous a permis d’arriver à C Ferrand le 29 mars.
Ensuite nous avons suivi cette magnifique via Arverna y compris pendant le confinement. (Nous avons zappé l’étape Murat, St Jacques des Blats à cause du mauvais temps, de la neige et du confinement…)
Tous les hébergeurs nous ont accueillis magnifiquement jusqu’à Aurillac où une mauvaise chute le 13 avril (à Ytrack) m’a contraint à m’arrêter  : fracture de la malleole. 
Nous avons trouvé refuge auprès d’amis de la Via Arverna (sur votre liste d’hebergeurs) et nous avons loué un petit studio sur Aurillac pendant 3 semaines.Nous avons fait le choix de ne pas rentrer chez nous.
Nous avons quitté Aurillac ce matin en direction de Lourdes.Nous y resterons un mois, le temps de la consolidation. 
Début juin nous avons le projet de rejoindre Urdarix (à pieds) pour faire la voie de la Baztan  (un vieux rêve).
Nous référons la Via Arverna dans son intégralité en 2023.Merci d’avoir pris de nos nouvelles. Si vous voulez plus de détail : étapes, hébergements. .. ce sera sans problème.Bien cordialement Stéphanie 

JANVIER 2021 – Jean Pierre

Chers amis,

A mon tour je vous présente mes vœux pour 2021, espérant que l’année sera meilleur que la précédente, j’en doute cependant.

Mais dans tous les cas, lorsque le ciel s’assombrira, nous penserons aux magnifiques, aux sublimes panorama du Massif Central sur la Via Arverna et cela nous remettra du baume au cœur.

Comme prévu nous avons effectué le parcours de Paray-le-Monial à Lourdes du 14 septembre au 23 octobre 2020, au départ nous étions 6, à l’arrivée 12. Nous avons, bien sûr parcouru la Via Arverna de Clermont à Rocamadour (sans passer par Cahors, mais en utilisant l’alternative par Agen). Malheureusement cette année la MTO nétait pas aussi belle qu’attendue, nous avons donc été abondamment arrosés, sans que cet inconvénient n’affecte notre moral.

Malgré tout quel régal lorsque le ciel se dégageait. Personnellement j’ai été très émus de redécouvrir les paysages enchanteurs que j’ai bien connu dans les années 1967-68 puisque j’ai effectué mon école de pilotage sur ce qui était alors la base d’Aulnat. Inutile de vous dire que tout cela reste gravé dans mon cœur.

Quel plaisir de redécouvrir la caractéristique pointe d’accent auvergnat, pas si éloignée de la mienne, puisque je suis originaire de la Savoie, (vivant désormais près de Carcassonne) ! Quel plaisir de respirer l’air des collines , des genêts, des fougères, des vallées, des ruisseaux, des chemins forestiers, des bourasques du plateau du Cantal ! Quel plaisir de rencontrer des gens authentiques dont certains m’ont étrangement remis en mémoires des cousins, vrais paysans rustiques, ne possédant que le Certif, mais plus instruits et surtout plus sensés qu’un ministre actuel. Et puis obsessionnellement me venait à l’esprit les fabuleux récit, si vrais, si réels du magnifique Jean Anglade. Et puis par dessus tout il serait plus qu’inconvenant de ne pas évoquer la si généreuse et si agréable Marie Peyronnet à Saint-Jacques-des-Blats. Rencontrer une telle personne vous réconcilie avec le genre humain ! D’ailleurs ce jour là, le 28 septembre, j’ai pu échanger quelques mots avec M. Bernard Quinsat qui était en communication avec notre hôtesse.

Bref, inutile de vous dire que j’aime la Via Arverna et que mes amis l’ont autant appréciée que moi.

Je ne voudrais pas vous quitter sans vous dire un grand merci pour la documentation, super utile (comme disent les jeunes) que vous nous avez fournie, un grand merci aux baliseurs qui ont bien travaillé, même si ce travail est perfectible.

Mes plus sincères amitiés à tous.

VIVE LA VIA  ARVERNA !

Jean-Pierre Pache
Chamayou
11240 Cailhavel
tel 04.68.69.47.42/06.27.48.12.27

P.S. Bien évidemment je renouvelle ma cotisation.

SEPTEMBRE 2020 – Daniel et Arlette

VIA ARVERNA un chemin vers Compostelle
La Via Arverna je l’avais imaginé comme un challenge pendant les 9 mois du traitement de mon cancer. Un chemin au départ de Clermont Ferrand, 500 Km entre vallées et montagnes comme un souffle d’air frais. Le 31 aout, 2 mois après la fin de mes traitements je me sentais prêt à suivre ce salvateur chemin de Compostelle. Les monts d’Auvergne et du Cantal sont propices à nous emmener au-delà de nous même dans un authentique voyage hors des sentiers battus même si ce périple était bien présomptueux pour un convalescent. En chemin j’ai appris qu’il fallait assumer les mots et les maux de son corps, si la fatigue vous envahit elle vous ordonne de vous arrêter. Cette parenthèse sur la Via Arverna même si elle a été difficile m’a aidé a me redonner le courage d’avancer. La rencontre avec Bernard Quinsat initiateur et catalyseur de la Via Arverna fut évidente puisque nous partageons les mêmes valeurs de la marche; Nous seront accueillis à Romagnat lors de notre première étape chez Bernard et Laurette Quinsat pour une soirée dans le partage et la bonne humeur. La vie et les rencontres sont fortes sur ce chemin ou les amis de la Via Arverna forment une famille qui nous accueille tout naturellement comme des amis tout au long des étapes. Je ne les citerais pas mais ils resteront dans notre mémoire comme un précieux souvenir. Je remercie leur sollicitude qui va au-delà du chemin. Notre périple s’arrêtera à Aurillac après 15 jours de cheminement.Un récit en images intimistes, il est difficile de raconter ses choix et ses sensations tout en marchant une caméra à la main.Se livrer c’est aussi donner espoir pour tous ceux qui rêvent de retrouver les chemins après une maladie astreignante. Je vous propose de me suivre en suivant Arlette dans ce film entre confidences et environnement.Au fait je vais bien! …
Daniel et Arlette BORZAKIAN dborza@orange.fr
VIA ARVERNA sur Youtube
https://youtu.be/Vqq6Vtlv9h0
vue sur le puy Griou – Cantal

Joëlle – Août 2020

Je rentre de 6 jours de marche sur la via Arverna, de Massiac à Aurillac ; pas une seule rencontre humaine sur le chemin.

Des hébergements sobres mais de qualité, des particuliers hébergeurs, amis du chemin, charmants.

Le balisage est impeccable sur tout le trajet ; quelques modifications sur le terrain par rapport au topo mais en suivant fidèlement le balisage, il n’y a pas de problème.

J’espère que d’ici l’an prochain un hébergement sera disponible à Laroquebrou pour pouvoir descendre jusqu’à Cahors.

J’ai vraiment vécu un chemin de paix, de ressourcement, ce que je souhaitais.

Cordialement,

Joëlle

Matthieu – août 2020

Une jolie voie confidentielle qui flirte avec le GR400 absolument époustouflante, je recommande !

Fabien – Juillet 2020

Ravis ! Je disais a Marie Peyronnet : pour moi, plus beau que le Puy en Velay / Conques et un balisage du tonnerre !

Amitiés Fabien

Monts du Cantal depuis la pinatelle

Laurence – juillet 2020

Voilà le voyage touche  malheureusement  à sa fin pour moi,  Magnifique chemin! Merci pour vos conseils et pour votre association Bien à vous. Bel été 

Rémy – Septembre 2019

Bonjour Bernard!

Départ ce matin a 7h40 du yaourt mural pour une escapade de 5 h très très agréable, la découverte des villages sur le chemin, les points de vue, les roches, faune et flore.. Super! le balisage est au top, le guide bien expliqué! clermont-ferrand, sa basilique notre dame du port ,la table de Thierry, très riche et excellent! st saturnin, très beau , son église romane superbe, notre hôte Laurence, très sympa! aucun randonneur croise, ça nous va très bien! départ demain , aux alentours de 8h pour montaigut! 

Bonne soirée!

Rémy

En s’approchant d’Issoire

Chantelle et Gérard – Août 2019

Bonjour Laurette, bonjour Bernard,

Voilà nous avons fini notre Via Arverna hier en arrivant à Rocamadour. Cela a été un régal même mardi en partie sous la pluie. Nous avons fait Autoire, Loubressac, Carennac.  Une splendeur. .

 Sur ce bises à Laurette et à bientôt.

Rocamadour

Clémence – juillet 2019

Merci beaucoup ! J’ai vraiment, vraiment beaucoup apprécié cette marche. J’ai trouvé le balisage très clair bien agencé sur tout mon parcours (exception faite d’une balise presque totalement détruite sur le plateau de Gergovie, et d’un balisage peut être pas assez prononcé à la sortie d’Olloix, mais ça ne m’a pas porté préjudice, j’ai réussi à trouver mon chemin). J’ai été surprise de ne pas croiser d’autres randonneurs sur la Via Arverna pendant ces cinq jours, mais quelque part c’est ce qui m’a attirée vers ce sentier : la certitude que je n’allais pas marcher avec une foule de pèlerins sur le chemin principal de Compostelle.